La médiation familiale un préalable à la saisine du juge

La médiation familiale un préalable à la saisine du juge

La loi évolue et indique qu’avant de saisir le juge, il confient de tenter à l’amiable de résoudre le différend par une médiation familiale.

Le décret n°2015-282 du 11 mars 2015 relatif à la résolution amiable des différends impose aux parties d’indiquer, dans l’acte de saisine de la juridiction, les démarches de résolution amiable (médiation familiale, droit collaboratif, procédure participative,…) précédemment effectuées (articles 18, 19, 20, 21).

Ce décret est dans l’esprit de la justice du XXI° siècle qui tend à favoriser la pacification des conflits en favorisant le dialogue et l’échange constructif dans un cadre sécurisé tel que la médiation familiale avec un tiers neutre, au soutien de chacune des parties dit le médiateur familial. Lire la suite

La médiation familiale et le conflit

La médiation familiale et le conflit

On ne peut que juxtaposer à la médiation familiale le terme conflit.

Mais que définit ce terme ? L’origine du mot « conflit » vient du latin « conflictus » qui signifie heurt, choc, lutte ou encore attaque. Il s’appliquait jadis à une situation de lutte armée, de combat entre deux ou plusieurs personnes, organisations ou puissances, qui se disputaient un pouvoir.

De nos jours, le terme conflit s’applique à toute opposition survenant entre des parties en désaccord, l’une souhaitant imposer ses positions, à l’encontre des attentes ou intérêts de l’autre partie. Dans tout conflit, on trouve toujours des intérêts divergents, des sentiments heurtés, des désirs ou des besoins différents. Il est ainsi impossible de faire fi des conflits, des problèmes relationnels inhérents à la nature humaine.

Inexorablement, le conflit pose la question de l’autre dans sa reconnaissance, son acceptation  et dans le respect de ses différences. Lire la suite

Droit de visite et/ou d’hébergement, résidence alternée

A la suite d’une séparation, chacun des parents (voir les grands-parents) doivent redéfinir leur place de parents dans la séparation (cf. article précédent) mais également définir le lien et la fréquence de leur relation avec leur enfant.

Du fait de la séparation, l’enfant se retrouve avec « deux maisons ». Il va transiter d’un espace à l’autre, de chez maman à chez papa, de chez papa à chez maman, y étant ajouté l’école (ou la crèche).

Pour les parents, la séparation et l’après-séparation signifie s’entendre sur la fréquence du lien de chacun des parents vis-à-vis de leur enfant : chez qui l’enfant va résider ?  Quand est-ce que l’autre parent sera en relation avec l’enfant ? Lire la suite

La place des parents, de l’enfant,
des grands-parents dans la séparation

Juridiquement, la loi précise qu’en cas de séparation, chacun des pères et mères doit maintenir des relations personnelles avec l’enfant et respecter les liens de celui-ci avec l’autre parent.

En cas de séparation, il est difficile de trouver un nouvel équilibre pour que chacun des parents puisse être père et mère dans la séparation. Lire la suite