La place des parents, de l’enfant,
des grands-parents dans la séparation

Juridiquement, la loi précise qu’en cas de séparation, chacun des pères et mères doit maintenir des relations personnelles avec l’enfant et respecter les liens de celui-ci avec l’autre parent.

En cas de séparation, il est difficile de trouver un nouvel équilibre pour que chacun des parents puisse être père et mère dans la séparation.

Cela se faisait plus ou moins naturellement dans la vie commune, mais en cas de séparation ou en l’absence de vie commune, il convient d’établir une nouvelle organisation dans l’intérêt de l’enfant. Pour en savoir plus, consultez la rubrique garde des enfants.

L’enfant n’a pas à subir le conflit. Il ne doit pas non plus être « l’otage » de ses deux parents ou de l’un d’eux dans un conflit de loyauté et/ou d’emprise avec l’un de ses parents, voir les deux.

Sa place d’enfant doit être respectée.

De plus, depuis la séparation l’enfant a deux résidences, une chez sa maman, une chez son papa.

Il doit trouver ses repères et apprendre à vivre avec ses deux parents séparés et ses « deux maisons ».

L’enfant a le droit aussi d’être en lien avec ses grands-parents. Mamy et papy ont aussi leur place auprès de l’enfant, même en cas de séparation. Pour en savoir plus, consultez la rubrique droit de visite des grands-parents.

Dans son intérêt, pour respecter sa place d’enfant, les parents sont invités à revisiter leur propre place de parents dans la séparation :

  • Quelle place je laisse au père de mon enfant depuis la séparation ?
  • Quelle place je laisse à la mère de mon enfant depuis la séparation ?

De la même manière, nous pourrions questionner chacun des parents autrement :

  • Quelle place de mère ou de père je prends dans la vie de mon enfant depuis la séparation ?

Entre la place qui est proposée par l’un des parents et la place prise, il convient de trouver « le juste équilibre » dans l’intérêt de l’enfant.

L’enfant a droit à ses deux parents et à ses grands-parents.

Le bien être de l’enfant devrait être une priorité pour chacun des parents.

Par la médiation familiale, la place de chacun des parents peut être réfléchie.

Par la médiation familiale, la place de chacun des parents peut être questionnée pour qu’elle fasse sens pour la mère, pour le père et dans l’intérêt de l’enfant.

Par la médiation familiale, nous pouvons échanger sur le mode relationnel que vous avez en tant que parents pendant la séparation.

Nous pouvons établir ensemble comment trouver l’équilibre pour que chacun ait sa place, prendre en compte les besoins et attentes de chacun.

Par la médiation familiale, nous pouvons prendre le temps de l’expérimentation, poser ensemble calmement ce que telle fréquence de lien donne comme confort pour l’enfant, pour les parents, voir pour les grands-parents.

La place de chacun des parents peut aussi être évolutive en fonction de l’âge de l’enfant.

L’essentiel étant non pas la quantité du lien mais la qualité du lien.

Aussi, nous pourrons envisager par l’espace de médiation familiale comment favoriser en cas de séparation la qualité de la relation de chaque parent auprès de son enfant ?

Il est tout à fait normal qu’en cas de séparation, chacun des membres de la famille ait des difficultés pour trouver sa place d’autant plus que les enfants grandissent au fur et à mesure du temps et que les attentes et besoins des enfants ne sont plus les mêmes et qu’ils évoluent avec les cycles de la vie.

Il est normal qu’il y ait un temps de flottement, une période transitoire et temporaire où il convient de reposer la situation, la revisiter en présence d’un médiateur familial pour faire évoluer la situation où chacun se sent sécure.

La relation père/enfant, mère/enfant, grands-parents/enfants, devrait se faire dans le respect des uns et des autres.

Il convient que chacun, père, mère, enfant, grands-parents puisse se réajuster pour une relation heureuse avec l’enfant et un lien serein pour lui.

La médiation familiale peut vous accompagner sur ce chemin.

Lise Bellet
Médiateur familial et Avocat